Archives du mot-clé tendances

COS

444Pour les inconditionnelles de H&M qui pourtant voudraient avoir quelques basics moyen/haut de gamme, pour les femmes qui aiment les articles luxueux mais dont le porte-monnaie ne suit pas, l’adresse à noter est la suivante : 4 rue des Rosiers.

L’ouverture de COS, le nouveau-né de H&M, était attendue depuis des années déjà. En effet, les modeuses de retour de Londres ou de la Belgique ne manquaient pas de se pavaner devant leurs copines envieuses, avec leurs nouveaux articles venus des flagships COS de là-bas.

Il faut dire que le concept a tout pour plaire : enfin du prêt-à-porter chic mais à portée de porte-monnaie ! Les vêtements, hommes ou femmes sont vraiment très élégants, et constitueront des basics de qualité : on peut enfin s’acheter un trench, une veste en cuir, ou du cachemire, sans se ruiner.

Pour les concepts de base, Collection Of Style reste près des valeurs prônées par H&M : il n’utilise pas de vraie fourrure, et seulement du cuir d’animaux dont la viande est consommée.  De plus, comme son confrère suédois, il s’engage à un réassort quotidien ; ce qui nous permettra d’aller très vite les dévaliser…

Petit Bateau

logo PETIT BATEAULa célèbre marque Petit Bateau est plus que jamais d’actualité. Pourtant elle ne date pas d’hier, c’est en effet après la première guerre mondiale que son fondateur Etienne Vallon commercialise sous ce nom, des sous vêtements pour homme révolutionnaires. Et cette invention lui vaut le grand prix de l’exposition de paris en 1937.

Depuis, le créateur n’a cessé d’innover, après l’usage d’élastiques et de finitions picots, il emploie les emmanchures raglan, l’éponge bouclette, des coloris pastel qui font le succès de ses collections de sous vêtements et tee shirts destinées aux tout petits mais aussi aux adultes.

Rachetée en 1988 par Yves Rocher, la célèbre enseigne a su se moderniser et sous la direction de Nicole Plantier, les tee shirts Petit Bateau aux multiples formes et au confort inégalé remportent toujours un grand succès. De plus, les récentes collaborations de la marque avec le monde de la mode ou de la chanson lui promettent un bel avenir.

Maje

maje_fw13_look-311La charmante et fraîche marque Maje, nous la devons à Judith Milgrom. Née au Maroc, elle passe son enfance aux côtés de sa mère et de sa grand-mère qui l’initient aux plaisirs de la couture, du tricot, et de broderie. C’est à cette époque qu’elle découvre le plaisir des choses faites mains.

Elle s’amuse avec les chutes, et confectionnent des costumes pour petites filles. Adolescente, elle déménage à Paris, et chine aux puces : sa passion du vêtement se développe, et elle aime ceux qui racontent une histoire. Elle se formera pendant 5 ans auprès de différentes maisons de couture, puis décide de lancer sa propre marque, pour proposer sa propre vision de la mode : Maje naît en 2000.

Son concept est de créer des pièces pour tous les moments de la journée, son inspiration est ethno-chic, sa pièce phare est la robe, mais aussi les blouses lingeries, ou les jupons, déclinés en chocolat ou rose thé. Malheureusement, même si les prix se voulaient au départ démocratiques, Maje n’est pas accessible pour tous les porte-monnaies…

Ces derniers temps, la marque se diversifie, créant une ligne lingerie, puis une ligne enfant, et souhaitant se lancer dans le vestiaire homme. Maje devient un véritable lifestyle…

Minnetonka

654561En 2005, sur le devant de la scène mode, on voit réapparaître un étrange phénomène : les bottines frangées, signées Minnetonka.

En effet, de nombreuses actrices et tops models les portent, et Kate Moss va un jour carrément dévaliser une boutique Minnetonka, pour avoir un exemplaire de bottes frangées dans tous les coloris…

Retour sur l’histoire de cette fabrique historique : C’est en 1946 qu’un dénommé Miller ouvre une petite manufacture de chaussures en cuir, à Minnetonka, dans le Minnesota, basée sur le savoir faire local, et utilisant du cuir de première qualité.

Il s’agit alors surtout de mocassins. Puis les 60’s arrivent avec leur déferlante hippie, et le petit fils Miller crée les Thunderbird shoes, modèle emblématique qui contribue au succès croissant de la griffe. Les Minnetonka apparaissent en Europe, et les collections s’élargissent : les bottes et bottines frangées font leur apparition.

Mais une fois Woodstock passé, tout en gardant la tête hors de l’eau, la fabrique voit sa popularité baisser. Il faut attendre donc le début du 21ème siècle, avec sa tendance bobo, pour que les bottes à franges redeviennent un must have sans conteste…

Le jean délavé

513Depuis les fashion weeks de septembre, où on l’a vu dans de nombreux défilés, et depuis que, ça y est c’est officiel, le style régressiste est la nouvelle tendance de mode à suivre, axé, qui plus est, plus particulièrement vers les eighties, c’est décidé, il nous faut le nouveau must have : le slim bleach. Traduction pour les dilettantes : le jean slim délavé, ou plutôt javellisé.

Et c’est là que nous nous trouvons face à un gros problème : en France, le slim bleach est introuvable. Si Topshop en propose un grand nombre (quelles chanceuses, ces anglaises !), et si, on en est sûres, H&M ne va pas tarder à se mettre au goût du jour, encore faut-il pour nous avoir la patience d’attendre…

Comme un grand nombre des fashionistas ne sont pas de nature patientes, voici un petit cours de travaux manuels : prenez un vieux jean, mettez-le dans une bassine, et, munie de gants de vaisselle et d’un tablier, aspergez-le d’eau de javel, à votre guise.

Une fois que la javel a agi, rincez le jean à l’eau, puis passez-le en machine (tout seul, bien sûr), et une fois sec, le tour est joué !

H&M, nouvelle collection

Style: "CAK_091109_HM 19 H2 FLASH +2"H&M lance une collection de vêtements pour cet été dont une partie des bénéfices serviront à sensibiliser les jeunes aux risques de contamination par le sida.

C’est pourquoi, rejoignant le programme « Designers Against AIDS », l’enseigne suédoise proposera, dès le mois de juillet et peu avant le lancement de sa très attendue (et le mot est faible) collection Isabel Marant H&M, des pièces printanières correspondant au dress code en vigueur lors des festivals de musique.

En effet, les influences hippie, glamour, rock et ethnique se mélangent dans ce vestiaire étudié pour séduire une clientèle jeune et passionnée de musique. D’ailleurs, c’est à deux enfants de stars de la musique qu’à été confiée la promotion de cette nouvelle collection.

Il s’agit de Lou Doillon et Lizzie Jagger qui incarnent à merveille cette liberté revendiquée par la jeunesse assidue aux festivals. Toutefois, au delà de la cible visée, la fraicheur et la légèreté de cette ligne d’été H&M est susceptible de toucher un large public.

Les sandales ethniques

sandalesLa tendance amérindienne est évidente cet été avec les pièces etno-chic proposées par la marque Pendleton associée à Opening Ceremony ou encore avec le pantalon itak de chez Zara.

Même les accessoires suivent cette mode. Ainsi les sandales perlées Pencey sont parfaitement dans l’air du temps avec leur coup de pied en cuir orné d’un pompon et leurs larges brides de perles multicolores laissant deviner des motifs aztèques.

De plus, ces sandales ethno-chic – bien plus désirables que dernières sandales Birkenstock – apporteront une touche de fantaisie aux looks minimalistes du moment et feront merveille aussi bien avec une longue robe noire qu’avec un slim délavé coupé court.

Mademoiselle Agnès

Mademoiselle Agnes-PPF-041298Mademoiselle Agnès fait partie de ces quelques électrons libres de l’univers de la mode, insaisissables, inclassables, mais qui sont indispensables au bien-être du milieu. Et pourtant, elle n’est ni mannequin, ni créatrice, ni grande rédactrice de mode…

C’est à une terrasse de café que son cran lui permet de signer son premier contrat : elle entend à la table à côté d’elle qu’on recherche une rédactrice au journal « 7 à Paris », et elle se propose.

C’est ainsi qu’à 22 ans, la jeune Mademoiselle Agnès débute sa carrière. Elle rencontre tout le gratin lors de ses reportages, et s’en fait des amis. Ainsi, elle intègrera grâce à ses relations Canal +, en tant que présentatrice météo complètement délurée, puis comme analyste de mode.

Et un beau jour, elle décide qu’elle veut monter sa propre boîte de production, avec son ami Loïc Prigent : « Lalala » voit le jour, qui distille une flopée de reportages frais et originaux.

Mais la belle Agnès a plus d’un tour dans son sac, et on peut aussi admirer ses talents de comédienne dans « Mariage surprise » d’Axelle Laffont, et d’égérie dans la dernière campagne de Weill

Natalia Vodianova

936full-natalia-vodianovaNatalia Vodianova est née à Gorki, petit village à quelques centaines kilomètres de Moscou, dans une famille aux revenus modestes. C’est d’ailleurs pour survenir aux besoins des siens, et en particulier de sa soeur handicapée, qu’elle décide à 15 ans de démarcher les agences de mannequins.

Après un refus, elle se fait booker. Un photographe travaillant pour l’agence française Viva la remarque, et voici Natalia partie pour Paris, à 17 ans à peine. Elle fait sensation dans le milieu, grâce à sa moue espiègle mais candide, et à son physique de femme-enfant.

A 18 ans, elle rencontre l’homme de sa vie, Justin Portman, et tombe enceinte. Cela ne l’empêche pas de reprendre le travail seulement quelques semaines après son accouchement : Elle devient l’égérie de Gucci, et ouvre le défilé YSL à Paris…

En 2001, elle est même nommée « plus grande sensation du monde des mannequins » par le magazine W. A présent, c’est la mère de 3 enfants, et continue à briller au firmament…

Que mangent les mannequins ?

Si l’on en croit l’enquête réalisée récemment par le magazine Harper’s Bazaar, les top models adopteraient face au petit déjeuner la même attitude responsable que la plupart d’entre nous.

Model-EatingEn effet, au vu de la composition du premier repas de leur journée, il semble que la minceur de Jessica Stam, d’Abbey Lee, de Liu Wen, d’Anja Rubik ou encore de Chanel Iman ne soit pas due à un mauvais comportement alimentaire, mais plutôt à une bonne hygiène de vie.

Ainsi, bien que la pression subie par les mannequins de mode pour garder leur corps de rêve soit forte, toutes ne tombent pas dans les privations, les jeûnes, voire l’anorexie, mais pratiquent un sport tout en profitant de leur constitution fine d’origine.

Bien sûr, tout ceci est à prendre avec des pincettes, nombreux étant les exemples de mannequins ayant eu des problèmes avec leur alimentation. Certaines en sont même d’ailleurs mortes