Archives du mot-clé mannequins

H&M, nouvelle collection

Style: "CAK_091109_HM 19 H2 FLASH +2"H&M lance une collection de vêtements pour cet été dont une partie des bénéfices serviront à sensibiliser les jeunes aux risques de contamination par le sida.

C’est pourquoi, rejoignant le programme « Designers Against AIDS », l’enseigne suédoise proposera, dès le mois de juillet et peu avant le lancement de sa très attendue (et le mot est faible) collection Isabel Marant H&M, des pièces printanières correspondant au dress code en vigueur lors des festivals de musique.

En effet, les influences hippie, glamour, rock et ethnique se mélangent dans ce vestiaire étudié pour séduire une clientèle jeune et passionnée de musique. D’ailleurs, c’est à deux enfants de stars de la musique qu’à été confiée la promotion de cette nouvelle collection.

Il s’agit de Lou Doillon et Lizzie Jagger qui incarnent à merveille cette liberté revendiquée par la jeunesse assidue aux festivals. Toutefois, au delà de la cible visée, la fraicheur et la légèreté de cette ligne d’été H&M est susceptible de toucher un large public.

Natalia Vodianova

936full-natalia-vodianovaNatalia Vodianova est née à Gorki, petit village à quelques centaines kilomètres de Moscou, dans une famille aux revenus modestes. C’est d’ailleurs pour survenir aux besoins des siens, et en particulier de sa soeur handicapée, qu’elle décide à 15 ans de démarcher les agences de mannequins.

Après un refus, elle se fait booker. Un photographe travaillant pour l’agence française Viva la remarque, et voici Natalia partie pour Paris, à 17 ans à peine. Elle fait sensation dans le milieu, grâce à sa moue espiègle mais candide, et à son physique de femme-enfant.

A 18 ans, elle rencontre l’homme de sa vie, Justin Portman, et tombe enceinte. Cela ne l’empêche pas de reprendre le travail seulement quelques semaines après son accouchement : Elle devient l’égérie de Gucci, et ouvre le défilé YSL à Paris…

En 2001, elle est même nommée « plus grande sensation du monde des mannequins » par le magazine W. A présent, c’est la mère de 3 enfants, et continue à briller au firmament…

Que mangent les mannequins ?

Si l’on en croit l’enquête réalisée récemment par le magazine Harper’s Bazaar, les top models adopteraient face au petit déjeuner la même attitude responsable que la plupart d’entre nous.

Model-EatingEn effet, au vu de la composition du premier repas de leur journée, il semble que la minceur de Jessica Stam, d’Abbey Lee, de Liu Wen, d’Anja Rubik ou encore de Chanel Iman ne soit pas due à un mauvais comportement alimentaire, mais plutôt à une bonne hygiène de vie.

Ainsi, bien que la pression subie par les mannequins de mode pour garder leur corps de rêve soit forte, toutes ne tombent pas dans les privations, les jeûnes, voire l’anorexie, mais pratiquent un sport tout en profitant de leur constitution fine d’origine.

Bien sûr, tout ceci est à prendre avec des pincettes, nombreux étant les exemples de mannequins ayant eu des problèmes avec leur alimentation. Certaines en sont même d’ailleurs mortes

Olga Kurylenko

18On a tendance à se méfier très fort quand on entend dire que telle mannequin se lance dans le cinéma. En effet, on se souvient des déboires de Cindy Crawford par exemple, qui fut navrante dans « Fair Game »…

Mais cette fois, on s’incline, et on admet que parfois, deux talents peuvent parfois sommeiller en la même personne… Oui, énervant mais vrai : l’ex – top model Olga Kurylenko est une bombe à l’écran.

Née en Ukraine en 1979, la jeune Olga coule des jours tranquilles, jusqu’à un voyage à Moscou, où, dans la rue, elle est repérée par un bookeur qui l’emmène illico à Paris. Tout de suite, elle devient la chouchoute de grandes marques : elle fera la campagne de pub de Clarins, et d’Héléna Rubinstein, puis on la verra poser pour Lejaby lingerie, Sisley, Kenzo…

Mais Olga se sent très vite attirée par le cinéma, prend des cours de théâtre, et, comme tout ce qu’elle touche se transforme en or, la voilà très vite dans « l’annulaire » (pour lequel elle eut le prix de la meilleure actrice au festival de Brooklyn), puis dans « Quantum of Solace » ou encore « Oblivion »… A présent, tous les yeux sont braqués sur elle : une nouvelle étoile est-elle née?…

Gemma Ward

25478_gemmmamarieclaireint1C’est une des beautés les plus atypiques qu’on ait pu apercevoir sur les podiums : Gemma Ward subjugue toujours par son air mutin et gracile, de poupée angélique venue d’ailleurs.

Mais ce qui est le plus fou, c’est qu’elle sait sur commande se moduler, devenir quasiment une autre, que l’on ne reconnaît quasiment pas, pour coller aux mieux aux désirs du créateur : tour à tour angélique, cavalière, boudeuse, tigresse, on a l’impression d’une actrice entrant dans la peau d’un nouveau personnage à chaque fois qu’elle enfile un vêtement.

Il faut dire que la vocation première de la jeune fille était le cinéma. En 2001, avant sa carrière de top, elle joue dans un film australien. Mais quand, lors d’un concours de beauté télévisé, elle est repérée , et signe son premier contrat avec IMG New York, elle décide de laisser la comédie de côté quelques temps.

Bien lui en prit, car le succès ne se fait pas attendre : Anna Wintour la remarque, et lui fait faire la couverture de Vogue US, chose exceptionnelle pour une fille de son âge. Evidemment, après ça, elle défile chez tous les grands : Valentino, Versace, Balenciaga…Et récemment, Calvin Klein l’a choisi pour incarner son égérie pour le nouveau parfum « Obsession Night ».

Devon Aoki

devon_aoki_diamonds3La fille du lutteur japonais médaillé olympique Rocky Aoki a de qui tenir sa gniaque et sa manière de mener d’une main de maître sa double carrière. Devon Aoki, à seulement 25 ans, mène une vie des plus incroyables : née en 1982 à NYC, c’est là-bas qu’elle sera remarquée par un chasseur de têtes lors d’un concert.

Et tout de suite, le succès arrive : Kate Moss la prend sous son aile, la conseille, et la fait rentrer dans son agence. La beauté atypique de la jeune métisse subjugue et intrigue, en particulier Karl Lagerfeld, qui la fera porter 5 fois d’affilée sa légendaire robe de mariée qui clôt ses défilés Chanel.

Mais parallèlement à ça, aux Etats Unis particulièrement, elle est aussi une actrice reconnue pour un talent certain. On peut le constater dans des films tels que « 2 Fast and 2 Furious », ou « Sin City », où elle crève littéralement l’écran. Malgré cela, la belle reste d’une gentillesse, d’une simplicité qui la font aimer de tout le monde, et qui font sans doute partie intégrante de son charme…

Le look de Miranda Kerr

ImageMiranda Kerr fait partie de ces top models qui savent apprendre au contact des plus grands créateurs, photographes et rédactrices de mode. Apprendre quoi ? Le bon goût, ce qui n’est pas évident à acquérir.

Ainsi, nous découvrons sur des clichés de la belle pris à Sydney que celle-ci maîtrise à la perfection l’art du mix and match. Miranda porte une mini jupe léopard, qui en soi pourrait paraître un peu too much, mais qu’elle associe avec beaucoup d’intelligence à un tee-shirt gris loose et sporty, un blazer boyish, et des bottes lacées plates.

Elle a tout compris : le fait de mixer les genres permet d’assumer sans problème des pièces très fortes comme les mini. Du coup, mademoiselle Kerr est pile poil dans l’air du temps, dans un style très boyish sexy, en nous donnant en plus l’impression qu’elle a pris seulement deux minutes pour s’habiller ce matin ! Rageant, surtout que niveau poids Miranda Kerr semble ne faire aucun effort pour rester mince …

Doutzen Kroes

Doutzen-Kroes-doutzen-kroes-17083693-1000-1331En voilà une à la carrière foudroyante : Doutzen Kroes. En effet, la belle hollandaise de 22 ans a pourtant pris son temps : vivant près d’Amsterdam, elle effectue calmement une scolarité normale ,et ce n’est qu’à 18 ans qu’elle se décide à présenter un book à quelques agences, ledit book étant tout ce qu’il y a de plus amateur.

Mais l’œil exercé des bookeurs chasseurs de tendances ne s’y laissent pas duper : ils voient le potentiel de la jeune fille, et l’envoient tout de suite à Paris, où elle est demandée pour faire la couverture de Numéro : elle fait sensation immédiatement.

Ensuite c’est le long cortège des shootings : séries de mode de Elle, couverture du Time et de Vogue. Et très vite, Doutzen se voit propulsée sur les catwalks, défilant tout de suite pour les plus grands noms de la mode : Dior, Ungaro, Lagerfeld, Givenchy…

Elle commence par ce biais à se faire connaître du grand public, qui la découvre, époustouflé. Elle est élue par les lecteurs de Vogue.com modèle de l’année.  Et en 2006, c’est la consécration, elle devient le visage de l’Oréal , et en 2007, la silhouette de Calvin Klein, pour le parfum Eternity. Le début d’une longue carrière…

Lily Donaldson

Lily-DonaldsonLily Donaldson possède une beauté toute particulière, faite d’un grand naturel et d’une grâce angélique.

Il faut dire que, côté naturel, elle a été entraînée dès son plus jeune âge à garder sa spontanéité face à l’appareil photo : son père est le célèbre photographe Matthew Donaldson, et ; bien sûr, il s’en donne à cœur joie pour shooter sa petite fille.

Mais c’est lors d’une après-midi dans les magasins avec ses parents que Lily, qui n’a que 13 ans à l’époque, est repérée par une chasseuse de têtes, subjuguée par la grâce et la beauté de la jeune fille.

Alors commencent pour Lily toute une série de défilés pour automne hiver 2004-2005 : Vuitton, Yves Saint Laurent, Chanel… Puis, elle sera photographiée par les plus grands : Steven Meisel, Satoshi Saikusa, Corine Day, … et elle fera son apparition dans le Vogue italien, consécration pour toute mannequin débutante.

Et puis, en 2005, elle est découverte du grand public quand elle est nominée pour la catégorie meilleure model de l’année aux Britsh Fashion Awards.

Talons ou compensées ?

talon_hautLe choix entre des chaussures à talons classiques, recherchées pour affiner la silhouette et des chaussures à semelle compensée résolument tendance est difficile à faire.

En effet, ces fameuses compensées à semelle de bois ou de liège qui se sont répandues durant les années d’occupation en France en raison du manque de cuir, ont été remises au goût du jour en 1977 par le couturier Yves Saint Laurent avec sa collection rendant hommage aux années 40.

Depuis, sans cesse réinventées par les stylistes, les compensées ont gagné en élégance. Heureusement le choix ne s’impose plus aujourd’hui car la créativité des stylistes et les progrès techniques actuels ont permis la naissance d’un modèle de chaussure hybride: sorte de compensée ultra effilée, à ne pas confondre cependant avec le stiletto.

C’est ainsi que des compensées hybrides sont d’ores et déjà en vente chez Topshop mais les modèles proposés ne seront certainement pas aussi élégants que le modèle de luxe Tobitha Simmons qui fait davantage figure d’objet de design.