Archives du mot-clé evenement

H&M, nouvelle collection

Style: "CAK_091109_HM 19 H2 FLASH +2"H&M lance une collection de vêtements pour cet été dont une partie des bénéfices serviront à sensibiliser les jeunes aux risques de contamination par le sida.

C’est pourquoi, rejoignant le programme « Designers Against AIDS », l’enseigne suédoise proposera, dès le mois de juillet et peu avant le lancement de sa très attendue (et le mot est faible) collection Isabel Marant H&M, des pièces printanières correspondant au dress code en vigueur lors des festivals de musique.

En effet, les influences hippie, glamour, rock et ethnique se mélangent dans ce vestiaire étudié pour séduire une clientèle jeune et passionnée de musique. D’ailleurs, c’est à deux enfants de stars de la musique qu’à été confiée la promotion de cette nouvelle collection.

Il s’agit de Lou Doillon et Lizzie Jagger qui incarnent à merveille cette liberté revendiquée par la jeunesse assidue aux festivals. Toutefois, au delà de la cible visée, la fraicheur et la légèreté de cette ligne d’été H&M est susceptible de toucher un large public.

Publicités

Le liberty selon Cacharel

cacharelCette saison, la mythique marque Cacharel est plus que jamais au sommet des tendances et est bien décidée à le faire savoir. En effet, la griffe à connotation un peu fleur bleue réédite ses célébrissimes imprimés liberty, qui furent un gros succès à ses débuts.

Même s’ils peuvent sembler au premier abord mièvres et portables seulement dans « la petite maison dans la prairie », ces imprimés ont pris du gallon ces derniers temps, grâce entre autres à Marc Jacobs et Isabel Marant, qui les intègrent dans leurs nouvelles collections.

Et nous, nous sommes ravies car on les a toujours secrètement adorés… Et puis, c’est pile poil le bon moment, avec l’arrivée des beaux jours, pas vrai ? … De toute façon, les imprimés ont toujours été présents dans la mode, mais de manière peut-être plus discrète, par exemple en doublure de veste.

Profitant de la fashion week, Cacharel ressort aussi des pièces datant des années 70, qui seront en magasin pendant 4 mois.

Martin Margiela, cet inconnu

On a beaucoup de mal à définir le travail de Martin Margiela. En effet, on pressent que les pots risquent d’être trop restrictifs pour ce qui est réellement tout un univers, un lifestyle.Né en 1959 en Belgique, Martin Margiela poursuit ses études à la Royale Académie d’Anvers ; puis très vite, il deviendra l’assistant de Jean Paul Gaultier, pendant 3 ans ; et Hermès l’engage en 1997 comme styliste principal de sa ligne femmes. Cette collaboration durera jusqu’en 2003.

Entre-temps, le designer commence à voler de ses propres ailes : il crée la marque Martin Margiela en 1998, et sa 1ère collection pour femmes. En 2000, la 1ère boutique de la marque ouvre ses portes à Tokyo, suivie de près par Paris et Bruxelles. Son style déconcerte les critiques de mode : on parle de « déconstruction » : sans doute pour son côté iconoclaste ? En fait, il crée des vêtements un peu métaphysiques, porteurs de toute une philosophie. Entre autres, Margiela prône le « work in progress » : une housse en plastique devient une robe, des chaussettes de l’armée deviennent un pull… c’est le recyclage dans son plus bel exemple !

Lanvin Pre Fall

Alber Elbaz est vraiment un génie. Alors que le monde entier fait triste mine, soucieux de la crise qui s’annonce mauvaise, que les créateurs italiens s’inquiètent pour la fréquentation de la fashion week, faute de vols directs pour Milan, lui vient de nous concocter une nouvelle collection Lanvin Pre Fall absolument sublime qui nous fait tout oublier. Elle nous dit : « au diable les soucis et la récession, il est hors de question de se priver de beauté, restons bien habillés ! »

img-126

Et c’est un feu d’artifice d’étoffes dorées ou métallisées, de fourrures flamboyantes, de robes façon 20’s, qui débordent d’élégance intemporelle et décomplexée. On y trouve du jour comme du soir, dans des tons allant du noir au doré, en passant par des bleus magnifiques. Et que celles qui ne pourraient – quand même – pas s’offrir cette splendide collection se consolent : cette année encore plus que d’habitude, le créateur a accordé un soin tout particulier à ses accessoires, qui sont plus beaux que jamais.

Daphné Burki

Daphné Burki est une jeune chroniqueuse de mode qui apporte à la chaîne Canal Plus, sa compétence en la matière. Journaliste pluridisciplinaire aussi à l’aise en politique qu’en littérature, cette ancienne styliste de chez Dior, nous fait part de ses coups de coeur pour ses créateurs préférés comme Valentine Gauthier, Heimstone ou Alexis Mabille et parfait notre culture mode au moyen de ses micro reportages pointus. Sa personnalité enjouée, son ton décalé et sa liberté d’expression font merveille.

daphne-burki

L’imprimé léopard

Les imprimés léopard eurent du mal à se défaire de leur passé sulfureux et de leur connotation sexy voire vulgaire … Et pourtant, petit à petit, ils prirent du galon durant les dernières saisons, et conquirent le coeur des stylistes et des modeuses. Ils firent tout d’abord une timide apparition sur des grands foulards casual. Et cet été, c’est le vestiaire entier qu’ils envahissent. Mais à présent, ils servent un style girly et moderne, à grand renfort de couleurs fortes et de funkyness… Bien sûr, certains créateurs le préfèrent traditionnel, comme Roberto Cavalli ou Temperley London (couleurs habituels : noir-savane par exemple).

Mais 3 tendances modernissimes ont aussi éclos coup sur coup : Tout d’abord, chez Topshop par exemple, le léopard est seulement suggéré grâce à des tâches de différentes dimensions, et associé à des couleurs vives. On citera le maillot de bain de Barbara Hulanicki, formidable en body avec un boyfriend. A l’inverse, Christopher Kane ou Alber Elbaz réinvente franchement l’imprimé animalier, dans des couleurs insolites, voire acidulées. Le genre devient hype ou élégant. Et enfin, certains osent le mix léopard – camouflage kaki… Enfin, il y en a pour tous les goûts, et on aurait tort de se priver …

le léopard

Lagerfeld fan de LadyHawke

Le célèbre couturier Karl Lagerfeld est connu pour son éclectisme intellectuel. De la mode à l’architecture en passant par la photographie, la littérature, l’art ou la musique, ce styliste de génie ne néglige aucun domaine culturel. Depuis longtemps, il fait appel à des artistes inconnus du grand public pour trouver les bandes son de ses défilés. Fidèle à lui même, c’est à une jeune auteur compositeur interprète de 26 ans qu’il confie l’accompagnement musical de son défilé printemps/été 2009. Il s’agit de Philippa Brown plus connue sous son nom de scène :  » LadyHawke « . La jeune femme d’origine néo zélandaise, reine de l’electropop, interprètera pour l’occasion la chanson  » Paris is burning « .

Riccardo Tisci – Givenchy

Riccardo Tisci est un créateur de mode italien de 31 ans. En 2004, ce jeune styliste diplômé de la Saint Martin’s school de Londres, prépare une collection capsule. Son amie Mariacarla Boscono arrive à convaincre les tops les plus en vue de défiler gracieusement pour ce créateur alors sans moyens financiers et elle convoque tout la presse mode. Ricardo Tisci participe ainsi à la fashion week milanaise et le succès est au rendez vous. La maison Givenchy le choisit comme directeur artistique. Dès lors, Ricardo Tisci abandonne sa propre griffe et met toute son énergie à extraire l’essence de la grande maison et à l’inscrire dans la modernité. Grâce à ce créateur au style romantique, sensuel et graphique, le défilé Givenchy est redevenu un moment fort de la fashion week parisienne.

Le jean trash

La belle top model américaine Erin Wasson a assisté dernièrement à une soirée Burberry, vêtue d’un jean skinny lacéré sur toute sa longueur, d’un marcel loose et de bottines lacées. Celle qui est depuis 2002 le visage de Maybeline est elle même styliste. Affichant une nonchalance stylée, la jeune femme pourrait avoir lancé une nouvelle tendance et il faut s’attendre à voir fleurir ce jean lacéré dans de nombreuses boutiques comme Topshop, H&M ou Beshka. Pièce forte en elle même, il suffira de la porter avec des basics racés et minimalistes.

Les rédactrices de mode : Suzy Menkes

En septembre dernier Suzy Menkes fêtait ses 20 ans de bons et loyaux services rendus à l’International Herald Tribune en tant que rédactrice de mode. Pour l’occasion toutes les personnalités du monde de la mode s’étaient réunies autour de celle qui est autant admirée que redoutée. En effet, grâce à son sens de l’analyse, son intelligence critique et sa vision globale de la mode cette journaliste anglaise âgée de 65 ans est devenue une référence en matière de tendances et son avis fait trembler plus d’un styliste confirmé…