Archives du mot-clé ado

Maje

maje_fw13_look-311La charmante et fraîche marque Maje, nous la devons à Judith Milgrom. Née au Maroc, elle passe son enfance aux côtés de sa mère et de sa grand-mère qui l’initient aux plaisirs de la couture, du tricot, et de broderie. C’est à cette époque qu’elle découvre le plaisir des choses faites mains.

Elle s’amuse avec les chutes, et confectionnent des costumes pour petites filles. Adolescente, elle déménage à Paris, et chine aux puces : sa passion du vêtement se développe, et elle aime ceux qui racontent une histoire. Elle se formera pendant 5 ans auprès de différentes maisons de couture, puis décide de lancer sa propre marque, pour proposer sa propre vision de la mode : Maje naît en 2000.

Son concept est de créer des pièces pour tous les moments de la journée, son inspiration est ethno-chic, sa pièce phare est la robe, mais aussi les blouses lingeries, ou les jupons, déclinés en chocolat ou rose thé. Malheureusement, même si les prix se voulaient au départ démocratiques, Maje n’est pas accessible pour tous les porte-monnaies…

Ces derniers temps, la marque se diversifie, créant une ligne lingerie, puis une ligne enfant, et souhaitant se lancer dans le vestiaire homme. Maje devient un véritable lifestyle…

Publicités

Le jean délavé

513Depuis les fashion weeks de septembre, où on l’a vu dans de nombreux défilés, et depuis que, ça y est c’est officiel, le style régressiste est la nouvelle tendance de mode à suivre, axé, qui plus est, plus particulièrement vers les eighties, c’est décidé, il nous faut le nouveau must have : le slim bleach. Traduction pour les dilettantes : le jean slim délavé, ou plutôt javellisé.

Et c’est là que nous nous trouvons face à un gros problème : en France, le slim bleach est introuvable. Si Topshop en propose un grand nombre (quelles chanceuses, ces anglaises !), et si, on en est sûres, H&M ne va pas tarder à se mettre au goût du jour, encore faut-il pour nous avoir la patience d’attendre…

Comme un grand nombre des fashionistas ne sont pas de nature patientes, voici un petit cours de travaux manuels : prenez un vieux jean, mettez-le dans une bassine, et, munie de gants de vaisselle et d’un tablier, aspergez-le d’eau de javel, à votre guise.

Une fois que la javel a agi, rincez le jean à l’eau, puis passez-le en machine (tout seul, bien sûr), et une fois sec, le tour est joué !

Tendances été 2013

beauty-trend-summer-2013-eye-brow-shapeAu vu des collections printemps/été 2013 présentées par les créateurs, on peut se faire une idée de ce que sera la mode été 2013.

Ainsi pour suivre les tendances de la prochaine saison on pourra opter pour une allure de sirène en revêtant des vêtements aux découpes sexy, taillés dans des matières scintillantes, adopter un style année 20 en choisissant une petite robe d’été taille basse, froufroutante sur le genou, ou obtenir une silhouette plus candide grâce à des toilettes faussement sages réalisées en dentelle et mousseline transparentes.

A moins que l’on préfère le style sportif des vestes zippées et des tops US XXL. De plus, quelques pièces originales se feront certainement remarquer cet été comme la jupe s’arrêtant entre le genou et la cheville, le perfecto décliné en teintes pastel, le boléro de torero revisité en mode urbain et le pantalon de pyjama qui voudrait devenir une sorte de pantalon d’intérieur.

Benetton

benetton_eyeglasses_1La crise passant, rares sont les entreprises textiles qui tirent leur épingle du jeu, et ne sont réellement menacées de redressement judiciaire. Parmi celles-ci, se trouve Benetton. En effet, l’entreprise familiale née dans les années 60 affiche une santé florissante et un chiffre d’affaires toujours croissant.

Luciano Benetton a pourtant débuté en vendant les pulls tricotés par sa soeur Giuliana au porte-à-porte … Mais en voyant l’accueil positif qu’on leur réserve, il décide, avec sa soeur et ses frères, d’ouvrir une boutique spécialisée dans les pulls de qualité, qui se déclinaient en de multiples teintes, plus vitaminées les unes que les autres.

Cela deviendra la marque de fabrique de la maison,et le succès ne tarde guère : la première usine Benetton s’ouvre en 1966, et la première boutique parisienne en 1969. Depuis, Benetton s’est forgée une renommée hors du commun, grâce entre autres à une politique commerciale très corrosive : les clichés du photographe Oliviero Toscani provoquent des controverses, faisant prévaloir sur le produit un message polémique, traitant des problèmes de société.

A présent, Benetton est une véritable multinationale, dans des domaines aussi variés que la cosmétique, les lunettes, le linge de maison, le parfum, mais aussi les infrastructures autoroutières ou la restauration.

Vanessa Bruno

vanessa_bruno_mode_uneVous avez sans doute déjà entendu parler du cabas Vanessa Bruno, devenu depuis un classique incontournable. Mais la créatrice du même nom, comme vous le savez sans doute, a aussi à son actif toute une série de collections de prêt-à-porter.

Il faut dire que tout la prédisposait à se lancer dans la mode : la jeune danoise fut élevée dans un « véritable bouillon de mode », avec une mère mannequin et un père créateur de Cacharel.

D’ailleurs, elle embrassera à 15 ans une carrière de top, mais se lassera vite. Ainsi, elle préfèrera la création, qu’elle apprit au Canada, pour enfin lancer sa 1ère collection à Paris. A 24 ans seulement, elle lance sa marque, et en 1998 éclot la première boutique Vanessa Bruno à Paris.

Tout le monde l’adore, et parmi ses plus grandes inconditionnelles, on peut compter Vanessa Paradis, Elodie Bouchez et Charlotte Gainsbourg, qui n’ont pu résister à l’esprit charmeur, à la fraîche subtilité, et à l’élégance casual de la griffe.

Mischa Barton, actrice

mischa-barton-2727185ljcmxQuant Newport Beach (alias « the O.C. » aux Etats Unis) est sorti sur le petit écran, et que les adolescentes se sont enflammées pour Mischa Barton, on s’est dit : « bah, encore une idole des jeunes, sans rien dans le crâne et mauvaise comédienne, qui ne fera pas long feu ». Et puis, le temps passe, la jeune femme perdure, et commence à faire ses preuves…

Alors, si on tourne vers son passé, on se rend compte qu’elle a travaillé dur pour trouver son succès : à 9 ans, encouragée par ses parents, elle prend des cours d’art dramatique, et elle se lance à cœur perdu dans les castings ; elle décrochera des petits rôles dans des films intéressants, tels que « Sixième sens », ou « Coup de foudre à Notting Hill » ; c’est sans doute là qu’elle a appris un savoir-faire qui aujourd’hui fait la différence.

Et, pour ne rien gâcher, niveau vestimentaire, il faut admettre que la belle a bon goût : elle exhibe une mode parfois casual, et parfois très avant-gardiste (c’est presque elle qui a inventé le jean taille haute) ; et pour les grandes occasions, elle est dans de bonnes mains : celles de Rachel Zoe.

Les baskets Veja

VEJA-TAUA-LEATHER-SWEDISH-BLUE_FRENTE_OBLIQUOEn 2006, il eut un gros buzz autour de la basket brésilienne Veja – En effet, peut-être que les parisiennes se lassaient de se casser les chevilles sur leurs talons aiguilles, et peut-être enfin qu’on a admis l’idée que confortable peut très bien rimer avec beau ?…

Mais depuis peu en Europe, sont arrivées les concurrentes asiatiques : les « Feiyue ». En fait, elles ne sont pas du tout nées de la dernière pluie : ces petits bijoux de robustesse, de confortabilité et de flexibilité ont déjà fait leurs preuves depuis les années 1920 en Chine.

Elles étaient parfaites pour les praticiens d’arts martiaux, mais peu à peu on les vit sur tous les pieds. La raison de leur réussite est sans doute un savoir-faire unique garant de la meilleure qualité, qui est tenu secret au sein de l’usine Feiyue, dans les environs de Shanghai.

Il semblerait que ces baskets soient en train de devenir des véritables basics intemporels, et cela bouscule un peu notre à priori qui nous fait associer la Chine à de la mauvaise qualité cheap.

Isabel Marant

Thomas Humery Isabel Marant-7219Elle semble lire dans nos pensées, et réaliser les vêtements dont on rêve : Isabel Marant a su créer un vestiaire qui nous est cher et familier. C’est à 15 ans qu’elle commence à coudre avec frénésie, et elle réalise assez vite qu’elle en fera son métier, devant le succès qu’elle rencontre en vendant ses créations aux Halles.

Après le Bac, elle suit donc les cours du studio Berçot, et, diplôme en poche, commence le métier de styliste chez Michel Klein. Elle se lance ensuite dans une ligne de bijoux et d’accessoires, et en 1994, elle crée enfin son enseigne, et sa première collection de vêtements.

Son souhait est avant tout de concevoir des vêtements qu’elle portera avec plaisir, et elle cherche à dessiner un vestiaire à la fois cosy et pointu, à mi-chemin entre la mode hype chic et le confortable. C’est d’ailleurs pour cela qu’elle fait subir à ses vêtements de multiples lavages et détend les coutures.

Elle affectionne particulièrement les silhouettes un peu masculines, et les teintes un peu passées comme le gris ou la violine. Et la bonne nouvelle est que depuis 2004, elle décline les mêmes concepts dans une ligne enfant.

Aujourd’hui, la créatrice est connue pour ses silhouettes streets appréciées de fashionistas, dont une des composante est sans conteste les fameuses sneakers Isabel Marant

Freida Pinto

Freida Pinto, c’est la révélation du film de Danny Boyle, « Slumdog Millionaire« , dont l’énorme succès irradie aussi sur les acteurs. Miss Pinto est née à Bombay, dans une famille aisée, et suit des cours d’anglais au St Xavier’s College à Mumbay. Mais sa beauté et sa grâce naturelle lui permettent d’intégrer l’agence Elite India, qui la booke rapidement pour les campagnes publicitaires de De Beers, eBay, ou encore Visa.

Elle fait même la couverture de quelques magazines, et présente des shows télévisés. Mais c’est lors du casting de « Slumdog » que sa destinée prend réellement un autre tournant : Danny Boyle lui offre le rôle de Latika, qui, il en est sûr, est fait pour elle. A sa sortie, le film est couronné de succès, et reçoit 8 Oscars.

Le grand public découvre émerveillé cette déesse indienne radieuse, qui fera la couverture de Vogue Inde, et sera interviewée dans Vanity Fair. On risque de la voir encore longtemps au grand écran, puisque Woody Allen a également fait appel à elle dans un de ses films…

Katie Holmes

On la connaît depuis longtemps maintenant : son frais minois nous est devenu familier depuis l’époque Dawson ; et pourtant, on ne sait pas vraiment qui est Katie Holmes, car il semblerait que l’ex-femme de Tom Cruise se cherche encore, et se trouve sous influences diverses …
Katie est née dans l’Ohio en 1978, et sa mère la pousse vers le mannequinat. Lors d’un concours à NYC, elle se voit proposer de passer le casting pour le film « Ice Cream » de Ang Lee. Elle décroche le rôle, tourne le film puis retourne à sa vie quotidienne. Mais désormais elle sait qu’elle veut devenir comédienne, et elle n’hésite pas à envoyer une cassette au réalisateur de « Scream », ce qui lui ouvre les portes de la série « Dawson’s Creek ». La période Dawson durera jusqu’en 2003, mais parallèlement à cela, elle jouera dans de nombreux films, et elle obtient le MTV Award pour son rôle dans « Disturbing Behaviour ». L’année 2005 est l’année des bouleversements : elle obtient un rôle un peu plus « femme » dans « Batman Begins », et elle rencontre « l’homme de sa vie » : Tom Cruise…