Archives mensuelles : mai 2013

Benetton

benetton_eyeglasses_1La crise passant, rares sont les entreprises textiles qui tirent leur épingle du jeu, et ne sont réellement menacées de redressement judiciaire. Parmi celles-ci, se trouve Benetton. En effet, l’entreprise familiale née dans les années 60 affiche une santé florissante et un chiffre d’affaires toujours croissant.

Luciano Benetton a pourtant débuté en vendant les pulls tricotés par sa soeur Giuliana au porte-à-porte … Mais en voyant l’accueil positif qu’on leur réserve, il décide, avec sa soeur et ses frères, d’ouvrir une boutique spécialisée dans les pulls de qualité, qui se déclinaient en de multiples teintes, plus vitaminées les unes que les autres.

Cela deviendra la marque de fabrique de la maison,et le succès ne tarde guère : la première usine Benetton s’ouvre en 1966, et la première boutique parisienne en 1969. Depuis, Benetton s’est forgée une renommée hors du commun, grâce entre autres à une politique commerciale très corrosive : les clichés du photographe Oliviero Toscani provoquent des controverses, faisant prévaloir sur le produit un message polémique, traitant des problèmes de société.

A présent, Benetton est une véritable multinationale, dans des domaines aussi variés que la cosmétique, les lunettes, le linge de maison, le parfum, mais aussi les infrastructures autoroutières ou la restauration.

Vanessa Bruno

vanessa_bruno_mode_uneVous avez sans doute déjà entendu parler du cabas Vanessa Bruno, devenu depuis un classique incontournable. Mais la créatrice du même nom, comme vous le savez sans doute, a aussi à son actif toute une série de collections de prêt-à-porter.

Il faut dire que tout la prédisposait à se lancer dans la mode : la jeune danoise fut élevée dans un « véritable bouillon de mode », avec une mère mannequin et un père créateur de Cacharel.

D’ailleurs, elle embrassera à 15 ans une carrière de top, mais se lassera vite. Ainsi, elle préfèrera la création, qu’elle apprit au Canada, pour enfin lancer sa 1ère collection à Paris. A 24 ans seulement, elle lance sa marque, et en 1998 éclot la première boutique Vanessa Bruno à Paris.

Tout le monde l’adore, et parmi ses plus grandes inconditionnelles, on peut compter Vanessa Paradis, Elodie Bouchez et Charlotte Gainsbourg, qui n’ont pu résister à l’esprit charmeur, à la fraîche subtilité, et à l’élégance casual de la griffe.

Mischa Barton, actrice

mischa-barton-2727185ljcmxQuant Newport Beach (alias « the O.C. » aux Etats Unis) est sorti sur le petit écran, et que les adolescentes se sont enflammées pour Mischa Barton, on s’est dit : « bah, encore une idole des jeunes, sans rien dans le crâne et mauvaise comédienne, qui ne fera pas long feu ». Et puis, le temps passe, la jeune femme perdure, et commence à faire ses preuves…

Alors, si on tourne vers son passé, on se rend compte qu’elle a travaillé dur pour trouver son succès : à 9 ans, encouragée par ses parents, elle prend des cours d’art dramatique, et elle se lance à cœur perdu dans les castings ; elle décrochera des petits rôles dans des films intéressants, tels que « Sixième sens », ou « Coup de foudre à Notting Hill » ; c’est sans doute là qu’elle a appris un savoir-faire qui aujourd’hui fait la différence.

Et, pour ne rien gâcher, niveau vestimentaire, il faut admettre que la belle a bon goût : elle exhibe une mode parfois casual, et parfois très avant-gardiste (c’est presque elle qui a inventé le jean taille haute) ; et pour les grandes occasions, elle est dans de bonnes mains : celles de Rachel Zoe.

Alexis Mabille

Alexis MabilleCe n’est pas nouveau de faire des habits unisexe, la mode androgyne étant depuis longtemps sur les catwalks. Mais la manière toute particulière d’Alexis Mabille en ce domaine, est, elle, absolument révolutionnaire. Né en 1977 dans le Lyon bourgeois, dès tout jeune il est fasciné par la couture et la mode, il coud sans relâche et confectionne des vêtements; très vite, il habille ses proches, et encore ado, il conçoit quelques costumes pour l’opéra de Lyon.

Après son Bac, il intègre la Chambre Syndicale de la Haute Couture à Paris, et obtient son diplôme en un éclair. En faisant un stage chez Dior, il y est remarqué, et Galliano lui propose de s’occuper de la ligne accessoires. Puis, il collaborera avec Heidi Slimane pendant 9 ans, confectionnant des bijoux pour les hommes. Enfin, il se décidera à se lancer en free lance, et il a déjà un concept en tête : créer de l’unisexe; en effet, étant très dandy il adore porter cintré, ou même des vêtements pour femmes retouchés.

En 2005, le déjà génial Alexis Mabille crée « Impasse 13 », et conçoit des pantalons pour les 2 sexes, puis des chemises, des vestes, poétiques, fantaisistes, élégantes. Mais le vrai succès viendra surtout grâce à un accessoire : le noeud papillon, quand il crée la collection « Treizeor ». Le noeud pap’ qu’il décline à l’infini concentre la philosophie d’Alexis : jouer avec les codes bourgeois et mixer les genres avec raffinement et dérision.

Freida Pinto

2008 Toronto International Film Festival - "Slumdog Millionaire" - Press ConferenceCeux qui ont vu Slumdog Millionaire (et nous sommes nombreux) n’ont pas pu la rater : Freida Pinto semble être la nouvelle star en devenir. En effet, celle qui incarne Latika dans le dernier film de Danny Boyle a tous les atouts pour un succès immédiat : élégance racée, talent de comédienne, silhouette parfaite,… elle irradie.

Et pourtant, avant le film, la gloire n’était pas encore au rendez-vous, malgré des apparitions dans des publicités pour eBay ou Visa, et malgré sa présence dans l’agence Elite India.

Qu’à cela n’y tienne : à aujourd’hui 28 ans, la belle originaire de Bombay semble avoir un avenir prometteur, grâce en partie au succès fulgurant du film aux 8 Oscars : elle a déjà fait la couverture de Vogue et une interview chez Vanity Fair ; et les plus grands commencent à se l’arracher : elle a fait le défilé Dolce et Gabbana, et Woody Allen se l’est réservée comme tête d’affiche de son prochain film.

Les baskets Veja

VEJA-TAUA-LEATHER-SWEDISH-BLUE_FRENTE_OBLIQUOEn 2006, il eut un gros buzz autour de la basket brésilienne Veja – En effet, peut-être que les parisiennes se lassaient de se casser les chevilles sur leurs talons aiguilles, et peut-être enfin qu’on a admis l’idée que confortable peut très bien rimer avec beau ?…

Mais depuis peu en Europe, sont arrivées les concurrentes asiatiques : les « Feiyue ». En fait, elles ne sont pas du tout nées de la dernière pluie : ces petits bijoux de robustesse, de confortabilité et de flexibilité ont déjà fait leurs preuves depuis les années 1920 en Chine.

Elles étaient parfaites pour les praticiens d’arts martiaux, mais peu à peu on les vit sur tous les pieds. La raison de leur réussite est sans doute un savoir-faire unique garant de la meilleure qualité, qui est tenu secret au sein de l’usine Feiyue, dans les environs de Shanghai.

Il semblerait que ces baskets soient en train de devenir des véritables basics intemporels, et cela bouscule un peu notre à priori qui nous fait associer la Chine à de la mauvaise qualité cheap.

Diane Kruger

Diane Kruger est une femme à talents multiples : enfant, elle se destinait à être danseuse classique, ce pour quoi elle partit en Angleterre pour intégrer le Royal Ballet. Mais suite à une blessure, elle se redirige vers la carrière de mannequin, à Paris.

Et son fabuleux destin continue : Luc Besson, subjugué, la pousse à intégrer les cours Florent pour embrasser une carrière de comédienne. Bien lui en prit, et très vite Diane Kruger se fait remarquer par les plus grands ; sa renommée devient internationale et elle joue avec les plus grands acteurs : Nicolas Cage, Ed Harris…

Mais cette femme talentueuse est aussi (et c’est ce qui nous intéresse) une femme de goût, une femme élégante. Ses tenues sont toujours parfaites et sans aucune fausse note. Elle s’habille souvent de couleurs sobres : le noir, le blanc, le beige, rehaussées d’un léger strass, et se fie souvent aux basic indémodables, tels que le sac Chanel ou le trench. Son détail fétiche ? Le ruban, sous la poitrine, dans les cheveux…

Diane Kruger fut également la maîtresse de cérémonie de la 60ème édition du festival de Cannes.

Isabel Marant

Thomas Humery Isabel Marant-7219Elle semble lire dans nos pensées, et réaliser les vêtements dont on rêve : Isabel Marant a su créer un vestiaire qui nous est cher et familier. C’est à 15 ans qu’elle commence à coudre avec frénésie, et elle réalise assez vite qu’elle en fera son métier, devant le succès qu’elle rencontre en vendant ses créations aux Halles.

Après le Bac, elle suit donc les cours du studio Berçot, et, diplôme en poche, commence le métier de styliste chez Michel Klein. Elle se lance ensuite dans une ligne de bijoux et d’accessoires, et en 1994, elle crée enfin son enseigne, et sa première collection de vêtements.

Son souhait est avant tout de concevoir des vêtements qu’elle portera avec plaisir, et elle cherche à dessiner un vestiaire à la fois cosy et pointu, à mi-chemin entre la mode hype chic et le confortable. C’est d’ailleurs pour cela qu’elle fait subir à ses vêtements de multiples lavages et détend les coutures.

Elle affectionne particulièrement les silhouettes un peu masculines, et les teintes un peu passées comme le gris ou la violine. Et la bonne nouvelle est que depuis 2004, elle décline les mêmes concepts dans une ligne enfant.

Aujourd’hui, la créatrice est connue pour ses silhouettes streets appréciées de fashionistas, dont une des composante est sans conteste les fameuses sneakers Isabel Marant

Céline

celinecampaign5-782x1024Céline Vipiana avait à la base la vocation de créer des chaussures pour enfants, dans un contexte d’après-guerre où l’on retrouvait le plaisir de consommer. Ce qu’elle fit avec succès : dès 1948, celle qu’on appelle « le bottier des enfants » est à la tête de trois boutiques sur Paris, et a dans sa clientèle le jeune prince Albert

Mais très vite elle se diversifie : elle crée une ligne d’accessoires, puis de parfumes, et enfin elle se lance dans le prêt-à-porter : sa 1ère ligne de vêtements s’appelle « Couture sportswear », et se veut pour les femmes actives, urbaines, et élégantes. Elle déclinera l’ensemble jupe-chemisier comme un produit phare de ses collections ; mais elle repensera aussi le jean, en le déclinant dans des couleurs pastels.

Plusieurs directeurs artistiques se succèderont par la suite, comme Bernard Arnault, et Michael Kors, ce dernier ayant beaucoup travaillé sur le sac ; mais en 2006, la direction artistique est prise par Ivana Omazic, qui saura retrouver en profondeur l’esprit Céline, jusqu’à revisiter le modèle de chaussures Byblos, pour le grand bonheur des bambins…

Antik Batik

antik_batik_diapo_full_galleryGabriella Cortese est née à Turin en 1965. Dès toute jeune, elle aime la broderie. Mais c’est vers la danse qu’elle se tourne, et dès qu’elle peut, se fait engager au Crazy Horse. Cependant, cette vie fastueuse ne dure qu’un temps, et, épuisée, elle part se ressourcer à Bali. Le destin sans doute, puisque c’est là bas qu’elle a le déclic en découvrant l’artisanat local, et entre autres le batik, technique d’impression traditionnelle pour la décoration des paréos.

Elle tombe amoureuse de ses derniers, et réalise qu’ils sont rares en Europe. Elle lance ainsi un petit marché de paréos et autres foulards colorés, réalisés à Bali mais dont elle conçoit les motifs : Antik Batik naît donc en 1992.

Peu à peu, la mode Antik Batik se diversifie, puisque l’affaire marche : elle propose aussi des chapeaux, des écharpes, tout en gardant son concept d’origine : mêler les techniques traditionnelles locales et la mode. Désormais, son style ludique et ethnique, aux influences vintage et hippie chic, s’est trouvé une clientèle très variée, et les 4 boutiques parisiennes ne désemplissent pas.