La révolution Miss Sixty

Depuis une vingtaine d’années, une nouvelle griffe commence à faire du tapage dans le milieu de la mode, et à faire de l’ombre aux géants du denim : il s’agit de Miss Sixty. A l’origine, Wichy Hassan, né à Tripoli en 1955, et qui émigre à Rome en 1966. Diplômé en langues, il se lance tout d’abord dans la peinture, essai qui ne s’avère pas très fructueux. Il devient alors vendeur dans un magasin de prêt à porter, ce qui lui permet de se rendre compte d’une certaine insatisfaction de la clientèle, désireuse de plus de nouveauté. Il ouvre alors une petite boutique qui propose des marques avant-gardistes difficiles à trouver : c’est un succès, et en 1983 il ouvre un concept store : « Energie », où l’on trouve à la fois des oeuvres d’art et des vêtements. Il crée même une mini collection de jeans.


Puis c’est la rencontre avec Renato Rossi, et ensemble ils lancent Miss Sixty, en 1991, marque inspirée des années 60 et 70, et qui, au début tout du moins, se spécialise dans le denim féminin. Hassan s’inspire aussi des artistes de cette époque, tels que Andy Warhol, mais également de l’art contemporain. Il travaille surtout sur la matière et sur les détails de ses jeans, et cultive un esprit bohème, plein d’humour, mélangeant les styles vintage et futuriste. Miss Sixty s’adresse surtout à la jeune femme cosmopolite, dynamique, et qui prend la mode avec un certain recul.