Archives mensuelles : mars 2013

Martin Margiela, cet inconnu

On a beaucoup de mal à définir le travail de Martin Margiela. En effet, on pressent que les pots risquent d’être trop restrictifs pour ce qui est réellement tout un univers, un lifestyle.Né en 1959 en Belgique, Martin Margiela poursuit ses études à la Royale Académie d’Anvers ; puis très vite, il deviendra l’assistant de Jean Paul Gaultier, pendant 3 ans ; et Hermès l’engage en 1997 comme styliste principal de sa ligne femmes. Cette collaboration durera jusqu’en 2003.

Entre-temps, le designer commence à voler de ses propres ailes : il crée la marque Martin Margiela en 1998, et sa 1ère collection pour femmes. En 2000, la 1ère boutique de la marque ouvre ses portes à Tokyo, suivie de près par Paris et Bruxelles. Son style déconcerte les critiques de mode : on parle de « déconstruction » : sans doute pour son côté iconoclaste ? En fait, il crée des vêtements un peu métaphysiques, porteurs de toute une philosophie. Entre autres, Margiela prône le « work in progress » : une housse en plastique devient une robe, des chaussettes de l’armée deviennent un pull… c’est le recyclage dans son plus bel exemple !

Le style Roberto Cavalli

Le style de Roberto Cavalli est magique : personne ne dégage cet optimisme tapageur et cette joie de vivre luxuriante avec autant d’ardeur. C’est sans doute pour ça qu’on aime autant son jeu avec les couleurs et avec les peaux d’animaux. Il faut dire qu’il a une formation d’artiste (dans le sens « Beaux Arts » du terme) à la base : né à Florence dans une famille d’artistes bohêmes (le grand père est un célèbre peintre), il suit des études à l’Académie d’Art de Florence. Mais déjà, il applique tout ce qu’il apprend à la mode. Il se lance dans l’imprimé pour Tee shirts, puis dépose un brevet pour une technique d’impression sur cuir qui fit mouche et fut reprise partout. Et dans les années 70, sa renommée est certaine, il ouvre sa première boutique et participe, entre autres, en tant que juge au concours de miss Univers où il rencontre sa femme : miss Autriche…
En 1972, il organise son 1er défilé, et il devient le petit chouchou de toutes les stars du rock et du hip hop. Il est à présent devenu une valeur sûre, et continue à présenter ses collections femme, homme et « homewear » ; à l’occasion d’un de ces défilés, il permettra ainsi à Claudia Schiffer de sortir d’une préretraite regrettée de beaucoup…

En savoir plus : http://www.tendances-de-mode.com/tags/roberto-cavalli

Collection Balenciaga Pre Fall

La dernière collection Pre Fall de Balenciaga, concoctée comme d’habitude par le talentueux Nicolas Ghesquière, est, il faut l’admettre, assez décevante. Il faut dire que la marque nous a habitué à tellement de virtuosité, c’était à chaque fois un feu d’artifice époustouflant, racé, pointu et visionnaire. Alors bon, on ne peut oser dire que ce n’est pas beau, que si on avait la collec’ dans nos armoires, on en la porterait pas, loin de là. Et pourtant, on reste avec une étrange sensation de faim. Rien de bien nouveau, non pas qu’on soit pour la nouveauté à tout prix, quitte à faire du conceptuel au détriment de la beauté, mais cette fois on a franchement une impression de déjà vu face aux moufles yéti par exemple, dont les jumelles étaient au défilé Marni automne-hiver 2007-2008…
Et pour tout le reste, le pantalon phare Balenciaga se confirme, entre jodhur et sarouel, on a toujours les low boots, les semelles compensées, déclinées joliment, accordons leur. Enfin, il ne nous reste plus qu’à attendre la prochaine collection, qui, on en est sûr, sera à la hauteur du talent habituel de mr Ghesquière.

Les Doc Martens en couleur !

Doc Martens a eu ses années de gloire, on s’en souvient, dans les années 80. Nous avions tous et toutes notre paire à la maison, de ces ex chaussures orthopédiques, et encore maintenant il nous arrive de les ressortir. Le problème qui se posa pour le groupe Grigg’s qui gère la marque, est que, après la dégringolade des années 90, il a été très dur de les remettre à l’ordre du jour, car les années 80 étaient encore trop proches dans le temps pour faire leur come back, comme ce fut le cas avec les 70.

Mais qu’à cela n’y tienne, enfin les Doc font leur retour, plébiscitées par exemple par Agyness Deyn. 5 nouvelles bottines à semelle Goodyear ont fait leur apparition, déclinées en bleu, rouge, jaune, noir et blanc. De quoi trouver son bonheur, même si, bien sûr, elles n’ont pas le même impact que l’immortel modèle cuir noir – coutures jaunes que portait même Kurt Cobain. Il semble que ce printemps elles seront de retour parmi toutes les modeuses, et ça fait du bien de renouer avec ces indémodables…

Lanvin Pre Fall

Alber Elbaz est vraiment un génie. Alors que le monde entier fait triste mine, soucieux de la crise qui s’annonce mauvaise, que les créateurs italiens s’inquiètent pour la fréquentation de la fashion week, faute de vols directs pour Milan, lui vient de nous concocter une nouvelle collection Lanvin Pre Fall absolument sublime qui nous fait tout oublier. Elle nous dit : « au diable les soucis et la récession, il est hors de question de se priver de beauté, restons bien habillés ! »

img-126

Et c’est un feu d’artifice d’étoffes dorées ou métallisées, de fourrures flamboyantes, de robes façon 20’s, qui débordent d’élégance intemporelle et décomplexée. On y trouve du jour comme du soir, dans des tons allant du noir au doré, en passant par des bleus magnifiques. Et que celles qui ne pourraient – quand même – pas s’offrir cette splendide collection se consolent : cette année encore plus que d’habitude, le créateur a accordé un soin tout particulier à ses accessoires, qui sont plus beaux que jamais.

La révolution Miss Sixty

Depuis une vingtaine d’années, une nouvelle griffe commence à faire du tapage dans le milieu de la mode, et à faire de l’ombre aux géants du denim : il s’agit de Miss Sixty. A l’origine, Wichy Hassan, né à Tripoli en 1955, et qui émigre à Rome en 1966. Diplômé en langues, il se lance tout d’abord dans la peinture, essai qui ne s’avère pas très fructueux. Il devient alors vendeur dans un magasin de prêt à porter, ce qui lui permet de se rendre compte d’une certaine insatisfaction de la clientèle, désireuse de plus de nouveauté. Il ouvre alors une petite boutique qui propose des marques avant-gardistes difficiles à trouver : c’est un succès, et en 1983 il ouvre un concept store : « Energie », où l’on trouve à la fois des oeuvres d’art et des vêtements. Il crée même une mini collection de jeans.


Puis c’est la rencontre avec Renato Rossi, et ensemble ils lancent Miss Sixty, en 1991, marque inspirée des années 60 et 70, et qui, au début tout du moins, se spécialise dans le denim féminin. Hassan s’inspire aussi des artistes de cette époque, tels que Andy Warhol, mais également de l’art contemporain. Il travaille surtout sur la matière et sur les détails de ses jeans, et cultive un esprit bohème, plein d’humour, mélangeant les styles vintage et futuriste. Miss Sixty s’adresse surtout à la jeune femme cosmopolite, dynamique, et qui prend la mode avec un certain recul.

Osons le gris !

Depuis 2007, les créateurs nous ont habitué au gris capillaire, les mannequins des défilés Givenchy, Rodarte et plus récemment ceux de Gareth Pugh arboraient des coiffures couleur gris argenté ou  blanc gris très actuelles. A force de s’éclaicir toujours plus, le blond a fini par se transformer en gris et ce dernier est devenu la couleur de cheveux à la mode. Ainsi après s’être intéressé aux vêtements et au maquillage, le gris voudrait donner aux cheveux ses lettres de noblesse ou plutôt de modernité.

Certes, des acteurs comme Harrison Ford ou George Clooney rendent désirable cette couleur de cheveux pourtant synonyme de maturité et les femmes aussi se laissent séduire par cette coloration à l’instar de Rihanna ou Lily Allen qui adoptent un style branché, néo punk. Cependant, si l’ex top model Kristen McMenamy joue sur l’aspect sauvage et naturel de ses longs cheveux gris avec bonheur, cette tendance n’est pas sans risque, car le gris est une couleur équivoque qui peut aussi signifier le manque de vigueur et la tristesse.

Les nouvelles lunettes Louis Vuitton

Louis Vuitton vient de lancer sa nouvelle campagne solaire. Pour faire apprécier sa collection de lunettes de soleil, dessinée par Marc Jacobs et fabriquée avec un soin tout particulier par des artisans français et italiens, la prestigieuse maison a misé sur la communication. En effet c’est à des personnalités en vue, et non à des mannequins impersonnels, qu’il revient de porter ces accessoires luxueux.

img-235

Ainsi la créatrice Chrissie Miller, l’actrice Annabelle Dexter Jones ou encore l’icône de mode Joséphine de la Baume photographiées dans les rues de New York ou de Paris nous invitent-elles à les rejoindre dans leur univers, par le biais de ces lunettes griffées. Les inconditionnels de la marque retrouveront sur ces lunettes de soleil exceptionnelles, les codes chers à la maison Vuitton, comme les fleurs monogrammes sur les modèles destinés aux femmes et le motif damier sur ceux réservés aux hommes.

Le style d’Alexa Chung

Image

Cette jeune femme de 30 ans, née d’un père chinois et d’une mère anglaise est dotée d’une beauté qui, dans un premier temps, lui a ouvert les portes du mannequinat. Mais aujourd’hui, Alexa Chung est surtout connue comme présentatrice TV. En effet, depuis avril 2009, elle anime l’émission « It’s on with Alexa Chung » sur la chaine américaine MTV et le ton personnel, insolite et décalé avec lequel elle interviewe les plus grandes stars lui vaut un franc succès.

De plus, celle qui était l’égérie de la marque de vêtements New look en 2009 est considérée comme une icône de mode et sa façon de s’habiller tendance rock rétro fait de nombreuses adeptes. Alexa Chung vient d’ailleurs d’être élue la femme la plus élégante du monde par le magazine Vogue. Si son aventure newyorkaise devait s’arrêter, la jeune femme qui est aussi actrice et créatrice de bijoux, a suffisamment de cordes à son arc pour continuer à exprimer son talent.