Archives mensuelles : mai 2009

Anges et Démons : les bijoux

Après le « Da Vinci Code », c’est au tour de « Anges et Démons », autre best-seller de Dan Brown, de se retrouver adapté pour le grand écran. Le film sortira très prochainement. Les fashionistas cinéphiles qui iront le voir seront pour le moins surprises. En effet, elles ne s’attendent sans doute pas à y voir des effets de mode, ou même des accessoires désirables ! Et pourtant, il s’avère que les bijoux portés par les ecclésiastiques ont été conçus par le talentueux joaillier Damiani, et sont de véritables merveilles.

Il faut dire qu’ils ont été dessinés par la maison italienne, en collaboration avec le costumier du film Daniel Orlandi, dans le but de donner un côté glamour aux ecclésiastiques. Pari réussi, à tel point que Damiani a décidé de créer une collection capsule qui s’inspire des bijoux du film : chapelets d’or et d’onyx, croix sertis de diamants, … seront présentés lors de la fashion week de Las Vegas fin mai, et pourront s’acheter dans les boutiques du joaillier.

img-490

Publicités

L’imprimé léopard

Les imprimés léopard eurent du mal à se défaire de leur passé sulfureux et de leur connotation sexy voire vulgaire … Et pourtant, petit à petit, ils prirent du galon durant les dernières saisons, et conquirent le coeur des stylistes et des modeuses. Ils firent tout d’abord une timide apparition sur des grands foulards casual. Et cet été, c’est le vestiaire entier qu’ils envahissent. Mais à présent, ils servent un style girly et moderne, à grand renfort de couleurs fortes et de funkyness… Bien sûr, certains créateurs le préfèrent traditionnel, comme Roberto Cavalli ou Temperley London (couleurs habituels : noir-savane par exemple).

Mais 3 tendances modernissimes ont aussi éclos coup sur coup : Tout d’abord, chez Topshop par exemple, le léopard est seulement suggéré grâce à des tâches de différentes dimensions, et associé à des couleurs vives. On citera le maillot de bain de Barbara Hulanicki, formidable en body avec un boyfriend. A l’inverse, Christopher Kane ou Alber Elbaz réinvente franchement l’imprimé animalier, dans des couleurs insolites, voire acidulées. Le genre devient hype ou élégant. Et enfin, certains osent le mix léopard – camouflage kaki… Enfin, il y en a pour tous les goûts, et on aurait tort de se priver …

le léopard

Matthew Williamson chez H&M

Après avoir fait appel à la célèbre styliste japonaise Rei Kawakubo,la firme suèdoise de prêt à porter H&M se tourne vers le jeune designer anglais Matthew Williamson. En créant la collection printemps/été 2009 H&M, ce dernier met toutes les chances de son côté au moment où il développe sa propre griffe. De son côté, en collaborant ainsi avec des créateurs, le géant suédois rivalise avec d’autres enseignes comme Topshop qui ont pour but de mettre en contact une clientèle de masse avec la mode pure.

matthew_williamson

Le sac Mahina de Louis Vuitton

Le dernier sac Louis Vuitton s’appelle Mahina. Si son nom évoque le soleil et les vacances, c’est un sac conçu pour la rentrée et les mois d’automne/hiver. De dimensions généreuses, ce sac immense et looké répond aux besoins des femmes élégantes qui n’aiment pas voyager léger. Promu par des stars comme Scarlett Johansson, Cameron Diaz ou Madonna ce Mahina réalisé en cuir souple et décliné en blanc, gris clair et noir est un magnifique objet de luxe. La version XL vaut 2000 € et la version XXL 2600 €. Après le  » Speedy  » et le  » Noé « , ce nouveau venu est tout autant désirable….

Gareth Pugh récompensé

Le styliste anglais Gareth Pugh après avoir fait ses études au Central Saint Martin College de Londres a reçu dès 2007, le prix du meilleur styliste de l’année. En juin 2008, à 27 ans, ce créateur atypique s’est vu attribué le prix Andam, récompense la plus importante dans la milieu international de la mode. C’est dire la reconnaissance dont jouit le jeune homme qui développe de façon radicale, un univers très personnel futuriste et gothique à la fois. La griffe san franciscaine Alex&Chloé vient d’immortaliser une des silhouettes majeures de Gareth Pugh sous la forme d’un pendentif.